• God Of War : Ghost Of Sparta


    Le plus colérique des spartiates est de retour pour la seconde fois cette année ! Après une arrivée triomphale sur la console de salon Playstation 3 en début d’année, nous retrouvons cette fois-ci Kratos dans une nouvelle aventure pour la petite PSP cette fois-ci.

    En l’espace de cinq années, la licence God of War s’est clairement imposée comme incontournable. Véritable étalon en matière de beat-them-all épique à grand spectacle, la série doit beaucoup à son personnage principal, Kratos, sans doute l’un des personnages les plus charismatiques de l’Olympe avec les Chevaliers du Zodiaque (je plaisante !!!). Pourtant à le regarder physiquement, il est loin du profile de beau gosse mais plus du bad boy, avec ses muscles saillants et entaillés, ses chaînes sanguinolentes, sa barbichette éternelle et son crâne dégarni. C’est pourtant ce qui fait son attrait (F. Barthez est bien placé pour le savoir), tout comme l’histoire de ce martyre qui osera défier les Dieux de l’Olympe durant ses aventures.

    Kratos : la force est maintenant dans ta poche

    Alors que l’épisode Playstation 3 semblait conclure la saga, Ghost of Sparta nous fait revenir dans le passé de Kratos, plus précisément entre les événements de God of War et God of War II sur Playstation 2. Après avoir été sauvé par Athéna, Kratos pénétra dans l’Olympe devenant ainsi le premier mortel à devenir un Dieu et pris place sur le siège du Dieu de la Guerre. Mais il reste perturbé par les actes odieux dont il avait été missionné par le passé par le dieu Arès, et continue à nourrir un sentiment de vengeance contre ces Dieux qui se sont servis de lui. C’est à ce moment-là qu’il retrouve sa mère : cette dernière lui apprend l’existence de son frère Deimos, qui était pourtant donné pour mort. Enragé par cette découverte, Kratos part à la recherche de son frère perdu.

    Comme son prédécesseur, les Chaînes de l'Olympe, le jeu propose un voyage spectaculaire, de même qu'une approche fragmentaire, mais honnête, aussi brutale qu'expressive, de la mythologie grecque, tout en cherchant à exposer le vécu de son héros au cours de son périple pour retrouver son frère Deimos.

    Comme avec tous les autres titres de la série, la séquence d'ouverture du jeu donne le ton et le rythme : le galion de Kratos est pris dans une tempête au milieu de l'océan, et l'écran est une déferlante de pixels d'eau avec un effet de flouté et de zébrures d'éclairs. Des hommes sont emportés par-dessus le bastingage tandis que des anguilles géantes avec des dents acérées tirées d'un cauchemar de H R. Giger surgissent des profondeurs d'un bleu grisâtre, retombent sur le pont et sectionnent d'un coup les corps de vos compagnons d'équipage qui sont parvenus à ne pas se laisser emporter.

    Quelques instants plus tard, la première entité du monstrueux couple marin d'Homère, Scylla et Charybde, émerge de l'eau. À moitié obscurci par un brouillard de mer provoquée par le battement de ses tentacules, il remplit l'écran de la PSP de sa masse, répétant ses schémas d'attaque jusqu'à ce que vous appreniez quand sauter, esquiver, et contre-attaquer jusque dans les profondeurs maritimes.

     

                          La Note Made-In-Game : 18/20

     

                                                                                        Domi & Tibo    


  • Commentaires

    1
    enzo6928
    Mercredi 13 Avril 2011 à 19:08
    SUPER !!! ton test moi perso j aurais mis 19 mais bon la presentation est parfaite , un peu d humour pour bien faire passer les gros paragraphe de test si nn

    SUR TON TEST MA NOTE : 19 XD XD
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :